Une bouteille à la mer ♥♥♥

Résumé :

À travers ses romans, Valérie Zenatti, fait résonner une poésie du quotidien au milieu d’un champ de ruines. Ses personnages sont comparables à des fleurs perdues sur un lopin de terre, se cognent à la Guerre, à ses dégâts et son absurdité… Dans son roman épistolaire Une bouteille dans la mer de Gaza, elle explore le conflit Israélo-Palestinien à travers les yeux de deux adolescents ; Tal, une étudiante juive qui vit à Jérusalem et Naïm, un jeune gazaoui. Jérusalem, 9 septembre 2003 dans un climat de guerre perpétuelle, Tal ne comprend  ce qui se passe, les attentats, les explosions et les opérations militaires.

Elle aimerait pouvoir poser des questions, partager ses doutes, dialoguer avec quelqu’un de son âge, avec une Palestinienne par exemple, qui habiterait de l’autre côté du mur. Un jour, elle décide d’écrire une lettre, qu’elle enferme précautionneusement dans une bouteille et que son frère Eytan, en service militaire à Gaza, ira jeter dans la mer. Ce jour-là, Naïm, un jeune gazaoui, est étendu sur le sable, il se laisse à rêver de liberté quand un objet pointu le fait sortir de sa propre torpeur. Celui-ci trouve la  fameuse bouteille…

Opinion : ♥♥♥ Mes coups de coeur D’Avignon

Une bouteille à la mer1Une belle adaptation du roman, chapeau !!

Deux espaces-temps : Le plateau séparé en deux parties égales par une séparation symbolique, donne à voir les chambres respectives des personnages. Nous sommes dans leur intimité. À plusieurs reprises, le temps de la narration est stoppé par les personnages qui s’adressent alors directement au public. Installés de part et d’autre sur le devant de la scène et à proximité des spectateurs, deux micros recueillent leurs confidences. Une trés belle mise en scéne de CAMILLE HAZARD, qui a su adapter un texte difficle à une mise en scéne trés poétique et cinématographique. Le tout est une création artistique de premier ordre. Elle fait ressortir le beau du Chaos, sans jamais faire que le jugement d’un côté comme de l’autre n’intervienne ; On sort ému et léger d’une interrogation subversive. Je me plais à penser que la Paix finira par gagner en sortant de ce conte réussi, un grand bravo pour la mise en scéne de cette adaptation !!! Un dialogue sans regards, L’absence de regards symbolise la séparation des territoires due au conflit. Mais Les personnages qui se rapprochent au fil des correspondances retransmettent un espoir de futur et de légèreté.

Une bouteille à la mer2Deux transmetteurs d’émotions…

Une bouteille à la mer3EVA FREITAS & AURÉLIEN VACHER

Un grand bravo !!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s